Guide d'achat à consulter

 

Une literie doit durer 10 ans, soit 3650 nuits, comme nous bougeons environ 40 fois par nuit, dans ce laps de temps, sommier et matelas auront été sollicités environ 150.000 fois.


A l'usure mécanique s'ajoute le vieillissement naturel des composants.

Après 10 ans, ces différents facteurs entraînent une dégradation des performances d'environ 25% pour un produit de bonne qualité, beaucoup plus dans le cas de sommiers et matelas de basse qualité.

La literie intervient dans la qualité du sommeil et du repos, dans les problèmes de dos et de la colonne vertébrale. Elle doit contribuer à les soulager et à les prévenir, et non à les aggraver ou même les provoquer,comme c'était parfois le cas.

L'achat d'une literie est donc un investissement à long terme et un investissement santé. Il doit être réfléchi. D'où l'importance de bien choisir son professionnel pour bien vous conseiller

Une bonne literie est conçue pour durer et ne perdre ses caractéristiques que très lentement. Mais ceci ne se constate qu'à l'usage.                                                                                    

Une récente enquête démontre que 78% des acheteurs regrettent de ne pas avoir changé leur vieille literie plus tôt !

Êtes vous de ceux-là?




Comment magasiner votre matelas et votre oreiller


                


       Choisir un matelas et un oreiller vous empêche de dormir?

La majorité des consommateurs éprouvent la même angoisse devant la nécessité de faire un choix qui leur convient en matière de matelas et d’oreiller. L’information qui suit pourra peut-être vous éviter quelques nuits blanches...

Choix rebondissant

On retrouve habituellement sept types de matelas : à ressorts (le plus populaire), en mousse de polyuréthane, à air, en latex, en viscoélastique, le futon et le lit d’eau. En général, si votre matelas a plus de dix ans, qu’il est bossu et vallonneux et que vous vous réveillez le matin avec des courbatures, il est probablement temps de le changer. Qui dit changement de matelas dit aussi changement de sommier.


Attention : danger

Ne vous fiez pas aux appellations des compagnies et manufacturiers pour arrêter votre choix. Il n’existe aucun standard dans la classification de la fermeté et de la qualité. Chaque compagnie possède son propre jargon! Il n’existe d’ailleurs que très peu de documents scientifiques pouvant vous guider dans le choix d’un matelas. Les professionnels de la santé le recommandent cependant le plus ferme (rétention) possible, tout en étant très confortable.

Sortie de couple

Allez magasiner votre matelas avec votre douce moitié, car il est important de tester le confort du matelas dans ses conditions normales d’usage, c’est-à-dire à deux, si vous vivez en couple. Couchez-vous au moins dix minutes dans votre position habituelle pour dormir. Un bon matelas supportera parfaitement votre corps à tous les niveaux.

Le matelas en mousse, moins publicisé et négligé par le consommateur, apporte une grande stabilité, réduit les mouvements dérangeants lors des changements de position et est plus silencieux que celui à ressorts.

Enfin, sachez qu’augmenter l’épaisseur du matelas ne le rend pas meilleur...

 

 

 Les oreillers

Dormez sur vos deux oreilles! 

Si vos nuits sont douces, que votre réveil est joyeux et que vous êtes en pleine forme, sans nuque brisée et sans maux de tête carabinés, alors vous avez peut-être trouvé le bon oreiller. Sinon, voici comment diminuer les tensions qui existent entre vous et lui.

Compagnon de rêves
Les muscles de votre cou nécessitent un repos bien mérité après 12 à 20 heures de travail continu. Exception faite, nous avons tous besoin d’un oreiller pour le soutenir. Le hic : lequel choisir?

Au cours des dernières années, une quantité impressionnante d’oreillers sont apparus sur le marché : les plus communs, rembourrés de plumes ou de polyester, les oreillers orthopédiques et, plus récemment, les oreillers étagés formés de trois ou quatre minces couches qui permettent d’en modifier hauteur et forme.

L’oreiller de sa vie
L’adage du « essayez-le et vous verrez » s’applique pour l’achat d’un oreiller. Il n’existe aucune étude scientifique pour déterminer avec assurance qu’un type est meilleur qu’un autre. Par contre, certains principes demeurent : la nuque - la lordose cervicale, c’est-à-dire la courbure concave du cou -, doit être soutenue de la base de la tête jusqu’au haut des épaules, celles-ci devant être dégagées. La tête ne doit pas résister à un effet de rebondissement de l’oreiller, elle doit rester dans le prolongement du corps.

Ni trop mou, ni trop ferme

Selon la grosseur de votre tête, la largeur de vos épaules et la courbure de votre cou, un type d’oreiller vous conviendra mieux qu’un autre. Les physiothérapeutes et les orthésistes qualifiés sont en mesure de vous guider dans votre achat et vous aider à faire de beaux rêves! En position latérale, un oreiller trop mou ne fournit aucun support et force le dormeur à bouger durant son sommeil. L’oreiller doit d’ailleurs être malléable et s’adapter aux changements de position continuellement effectués au cours de la nuit, car ce qui est confortable pour quelques minutes ne peut l’être pour toute la nuit.


Sur mesure

Selon la grosseur de votre tête, la largeur de vos épaules et la courbure de votre cou, un type d’oreiller vous conviendra mieux qu’un autre. Les physiothérapeutes et les orthésistes qualifiés sont en mesure de vous guider dans votre achat et vous aider à faire de beaux rêves! En position latérale, un oreiller trop mou ne fournit aucun support et force le dormeur à bouger durant son sommeil. L’oreiller doit d’ailleurs être malléable et s’adapter aux changements de position continuellement effectués au cours de la nuit, car ce qui est confortable pour quelques minutes ne peut l’être pour toute la nuit.

                                         

Courbatures au réveil, mal de dos, insomnies ...l'état d'une literie peut être à l'origine de ces maux. Une bonne literie est indispensable au sommeil réparateur. Elle a des bienfaits sur la qualité de sommeil. Comme on passe un tiers de sa vie au lit, mieux vaut surveiller son état et ne pas hésiter à la changer pour conquérir un supplément de confort.

En faisant votre lit, observez votre matelas. Si vous voyez des creux ou des bosses, c'est mauvais pour votre colonne vertébrale. N'avez vous pas mal au dos le matin, ou simplement des raideurs ou des courbatures ?

Coutures relachées, coutil déchiré, ces signes d'usure ne trompent pas. L'interieur du matelas doit être dans un état d'usure avancé.

Enfoncez vos deux mains bien à plat, le matelas doit résister. Si vos mains s'enfoncent, le matelas ne maintient plus la colonne vertébrale horizontale.

Attention à votre dos !

Maintenant allongez-vous. Si vous vous retrouvez au fond d'une cuvette et avez l'impression de vous enfoncer, c'est qu'effectivement, la suspension est complètement relatée. Votre literie est usée et n'offre plus le soutien indispensable à la détente des muscles, du dos et de la colonne vertébrale.

Dernier test, asseyez-vous sur le bord du lit. Lorsque vous vous relevez, le matelas doit reprendre sa forme instantanément sans garder l'empreinte de votre corps. Evidemment l'exception s'applique aux matelas de viscose, ce que nous vous expliquerons dans d'autres conseils.
  
 




 
 
 
 
Dois-je changer mon sommier?               


                                   

 

Une bonne literie se compose d'un matelas et d'un sommier. Ils sont complémentaires pour garantir une bonne qualité de sommeil. Changer matelas et sommier en même temps n'est pas une obligation, mais une recommandation faite par l'ensemble des spécialistes. Le sommier encaisse 30% des efforts imposés au lit bien qu'il ne soit pas en contact direct avec le corps. Au fil du temps, il perd progressivement ses bonnes qualités de maintien. De plus, un matelas neuf posé sur un sommier usagé se dégrade plus rapidement que s'il est installé sur un sommier neuf. L'acquisition d'une literie complète garantit donc une bonne longévité de l'ensemble.

Par ailleurs, il est préférable de choisir les deux éléments dans la gamme d'une même marque, simplement parce que les fabricants conçoivent des matelas et des sommiers faits pour aller ensemble. Sans respecter cette consigne à la lettre, il faut s'assurer d'associer deux éléments compatibles. Un sommier à ressorts est adapté uniquement pour un matelas à ressorts tandis qu'un sommier à lattes peut recevoir différents types de matelas. Soutien anatomique de la suspension La qualité d'un couchage varie en fonction de la précision du soutien, de l'indépendance de couchage et du confort d'accueil (le garnissage). Le choix d'une literie reste cependant une affaire très personnelle car la morphologie et le poids du dormeur influencent les exigences de confort de chacun.

Le soutien est apporté par la suspension qui repose sur un système à ressorts ou de mousse. Un dormeur satisfait par un type de literie a intérêt à la renouveler dans la même gamme, sans apriori. Les sommiers à ressorts, les modèles les plus anciens, gardent leur rang face à des technologies plus modernes. Leur habillage soigné, en coutil, dissimule une suspension réputée pour sa grande souplesse. Sur ce type de sommier, les gammes de matelas à ressorts proposent différentes technologies qui visent avant tout un bon soutien anatomique.

 La répartition des ressorts est soigneusement étudiée pour être adaptée à la répartition des charges du corps avec notamment, un maintien renforcé de la zone lombaire.De façon générale, la fermeté de chaque modèle varie en fonction du nombre de ressorts ( 500 est un minimum) et de leur type ( ensaché, biconique, multispire). Extra-plats, les sommiers à lattes avec cadre métal sont confectionnés avec des lattes minces et étroites en bois ou en fibre, sélectionnées par leur bonne flexibilité.

 

 

   ,votre webmaster
 
Pour toutes questions conçernants les matelas ou pour tous commentaires, cliquez ici